3,5 KM de longueur ! Une véritable prouesse technique, un marché de 1,31 MMDH.
TGV, LE PLUS GRAND VIADUC ATTRIBUÉ À SGTM
3,5 kilomètres ! C’est la longueur du plus grand viaduc jamais construit au Maroc. L’ONCF vient d’attribuer le contrat de construction du viaduc d’El Hachef dans le Nord (entre Tanger et Asilah) à la Société Générale des Travaux du Maroc (SGTM) dans le cadre de la réalisation des travaux du TGV. Il s’agit du plus grand ouvrage envisagé à ce jour au Maroc. Les travaux de construction nécessiteront un investissement de 1,31 milliard de DH. Un viaduc est un ouvrage d’art routier. Dans ce cas particulier, il est ferroviaire. En général, il permet de franchir une vallée, une rivière ou tout autre obstacle. Le viaduc d’El Hachef nécessitera une réelle prouesse technique de par sa longueur et les contraintes des reliefs du terrain.
L’ouvrage sera conçu spécialement en ossature mixte pour répondre à la particularité des sols compressibles et sismiques du site sur le tronçon Nord. La SGTM connaît bien les caractéristiques de la zone. Dans les années 90, l’entreprise avait effectué les travaux de génie civil du barrage El Hachef. Toutefois, Celle-ci doit également prendre en considération des contraintes d’ordre environnemental. L’étude d’impact réalisée par le cabinet Systra recommande que l’adjudicataire du projet soit accompagné par un professionnel de l’environnement.
Le projet d’El Hachaf pourra être comparé à des ouvrages semblables en France. C’est le cas notamment du viaduc de Millau qui s’étend sur 2,4 km. La réalisation des travaux du TGV nécessitera 13 viaducs d’une longueur totale d’environ 10 km. Après celui d’El Hachef, les plus importants viaducs sont ceux du Loukkous (avec 2. 200 m de longueur) et de Mharhar avec 650 m de longueur. Avec ce dernier contrat attribué, SGTM se renforce dans le projet du TGV. La société compte déjà à son actif trois contrats dans le chantier TGV.
Il s’agit de deux viaducs: Sebou (250 m) et Mharhar (650 m). D’autres entreprises marocaines participent au projet du TGV grâce à la clause de préférence nationale. Cela rentre dans le cadre des taux réglementaires tels que révisés par Abdelaziz Rabbah, ministre de l’Equipement et du Transport. Ainsi, le taux des entreprises participantes aux travaux d’infrastructures et de génie civil a atteint 40%. Dans le détail, l’entreprise Sefiani, en groupement avec Arab Contractors, est en charge d’une section des terrassements et des ouvrages d’art courants sur le tronçon sud. Dans la même région, Sonasr et Monteadriano/Casais se sont adjugé les travaux de terrassements prioritaires.
Pour sa part, le groupement Houar/Seprob/TGCC réalise une section des terrassements et des ouvrages d’art courant sur le tronçon Nord. Par ailleurs, le groupement LPEE/Sol Dat a été retenu pour les travaux d’instrumentation des zones compressibles. La partie travaux de terrassement prioritaires Nord reviennent à GTR/ Enfin, ceux de construction des viaducs Lahlou et Gharifa ont été confiés à Moumadko en groupement avec CMB/Unieco. L’ensemble des interventions de génie civil du TGV devront être finalisées avant février 2014.