Skip to Content

Category Archives: presse

LE PLUS GRAND VIADUC

3,5 KM de longueur ! Une véritable prouesse technique, un marché de 1,31 MMDH.
TGV, LE PLUS GRAND VIADUC ATTRIBUÉ À SGTM
3,5 kilomètres ! C’est la longueur du plus grand viaduc jamais construit au Maroc. L’ONCF vient d’attribuer le contrat de construction du viaduc d’El Hachef dans le Nord (entre Tanger et Asilah) à la Société Générale des Travaux du Maroc (SGTM) dans le cadre de la réalisation des travaux du TGV. Il s’agit du plus grand ouvrage envisagé à ce jour au Maroc. Les travaux de construction nécessiteront un investissement de 1,31 milliard de DH. Un viaduc est un ouvrage d’art routier. Dans ce cas particulier, il est ferroviaire. En général, il permet de franchir une vallée, une rivière ou tout autre obstacle. Le viaduc d’El Hachef nécessitera une réelle prouesse technique de par sa longueur et les contraintes des reliefs du terrain.
L’ouvrage sera conçu spécialement en ossature mixte pour répondre à la particularité des sols compressibles et sismiques du site sur le tronçon Nord. La SGTM connaît bien les caractéristiques de la zone. Dans les années 90, l’entreprise avait effectué les travaux de génie civil du barrage El Hachef. Toutefois, Celle-ci doit également prendre en considération des contraintes d’ordre environnemental. L’étude d’impact réalisée par le cabinet Systra recommande que l’adjudicataire du projet soit accompagné par un professionnel de l’environnement.
Le projet d’El Hachaf pourra être comparé à des ouvrages semblables en France. C’est le cas notamment du viaduc de Millau qui s’étend sur 2,4 km. La réalisation des travaux du TGV nécessitera 13 viaducs d’une longueur totale d’environ 10 km. Après celui d’El Hachef, les plus importants viaducs sont ceux du Loukkous (avec 2. 200 m de longueur) et de Mharhar avec 650 m de longueur. Avec ce dernier contrat attribué, SGTM se renforce dans le projet du TGV. La société compte déjà à son actif trois contrats dans le chantier TGV.
Il s’agit de deux viaducs: Sebou (250 m) et Mharhar (650 m). D’autres entreprises marocaines participent au projet du TGV grâce à la clause de préférence nationale. Cela rentre dans le cadre des taux réglementaires tels que révisés par Abdelaziz Rabbah, ministre de l’Equipement et du Transport. Ainsi, le taux des entreprises participantes aux travaux d’infrastructures et de génie civil a atteint 40%. Dans le détail, l’entreprise Sefiani, en groupement avec Arab Contractors, est en charge d’une section des terrassements et des ouvrages d’art courants sur le tronçon sud. Dans la même région, Sonasr et Monteadriano/Casais se sont adjugé les travaux de terrassements prioritaires.
Pour sa part, le groupement Houar/Seprob/TGCC réalise une section des terrassements et des ouvrages d’art courant sur le tronçon Nord. Par ailleurs, le groupement LPEE/Sol Dat a été retenu pour les travaux d’instrumentation des zones compressibles. La partie travaux de terrassement prioritaires Nord reviennent à GTR/ Enfin, ceux de construction des viaducs Lahlou et Gharifa ont été confiés à Moumadko en groupement avec CMB/Unieco. L’ensemble des interventions de génie civil du TGV devront être finalisées avant février 2014.

READ MORE

ONCF & SGTM

La société marocaine SGTM a remporté le « contrat de construction du plus grand ouvrage jamais réalisé au Maroc », a annoncé cette semaine l’Office Nationale des Chemins de Fer.

READ MORE

PORTFOLIO TITANESQUE

L’entreprise réalise le viaduc d’El Hachef, dans le nord Pont My Hassan, Twin Center, Stade Mohammed V, Morocco Mall… les références.

READ MORE

STATION MEHDIA

Un projet touristique structurant pour la région Bungalows, appart’hôtels, camping, aquaparc, sports nautiques… La station Biladi s’étendra sur 23 hectares et pourra héberger 4.000 vacanciers.

L’ADJUDICATAIRE SGTM IMMOBILIER DEVRAIT LIVRER LE SITE APRÈS 36 MOIS DE TRAVAUX.

C’est parti pour Difaf Mehdia! Le Souverain a donné, lundi 24 septembre, le coup d’envoi des travaux de construction de la 3e station balnéaire du plan Biladi. Un marché décroché par SGTM Immobilier, filiale de la société éponyme, suite à un appel d’offres international. Le projet s’étend sur 23 hectares et nécessitera un investissement de 380 millions de DH. Difaf Mehdia devrait être livrée dans 36 mois. A la clé, 700 emplois directs, sans compter les emplois indirects. «La réalisation de la station touristique va redynamiser la plage de Mehdia et aura un impact socio-économique sur toute la région», affirme Mohammed Kabbaj, DG de SGTM Immobilier.

L’adjudicataire n’en est pas à son coup d’essai. Créée en 2007, SGTM Immobilier développe des projets touristiques intégrés et de logements sociaux et de standing. L’entreprise est actuellement en train de finaliser un projet de 320 logements sociaux à Fès, la station touristique Jumeirah Golf and Polo Resort à Marrakech.

SGTM Immobilier est également partie prenante dans la station Lixus, où elle est en train de finir le seul hôtel construit jusqu’à présent sur le site. Un établissement hôtelier pieds dans l’eau, de type 4 étoiles club, comptant 250 chambres et construit sur 4 ha. «L’objectif de SGTM Immobilier est de refléter dans le projet Difaf Mehdia et tous nos projets d’ailleurs l’excellence et la technicité acquises par le groupe dans le BTP», explique le directeur général.

Sur le plan de l’emplacement, la nouvelle station du plan Biladi est gâtée. Elle est située entre l’embouchure de l’oued Sebou et la superbe plage Mehdia. De plus, Mehdia se trouve aux confins de la réserve naturelle de Sidi Boughaba, qui s’étend sur 637 ha.

LOISIRS

«SGTM Immobilier a été sélectionnée sur la base de son programme, de sa qualité architecturale, ses références ainsi que de sa crédibilité financière», précise Ghassane El Machrafi, directeur développement. Dans le détail, l’animation de la station Mehdia s’articulera principalement autour d’un aquaparc s’étendant sur 4 ha. Pouvant accueillir 2.000 personnes à la fois, l’installation sera construite selon les normes internationales et présentera une offre de loisirs pour tous les âges. Ce sera d’ailleurs la seule installation de ce type dans la région du Gharb et de Rabat-Salé. La station comptera également un centre de sports nautiques, spécialisé dans l’encadrement d’écoles de kitesurf, planche à voile et autre surf. De plus, des terrains multisports seront aménagés au profit des amateurs des jeux collectifs tels que le football, basketball, le handball, volleyball… La station comptera également une piscine couverte, située au niveau de l’aquaparc et ouverte toute l’année, sans oublier une zone de jeux sèche pour enfants. Une zone commerciale de 25 magasins sera construite pour permettre aux résidents de vivre en autonomie et de bénéficier de tous les services nécessaires.

Les cahiers des charges relatifs aux activités commerciales sont d’ailleurs en cours de finalisation. Un restaurant panoramique de 500 couverts devrait constituer une des principales attractions de la station. Tourisme familial oblige, Difaf Mehdia sera dotée d’une zone dédiée aux seniors, avec une placette ombragée où les résidents du 3e âge pourront jouer aux échecs, dames…, un terrain de pétanque et une mosquée.

COMPOSANTE TOURISTIQUE ET IMMOBILIÈRE

La composante touristique comportera 138 bungalows d’environ 70 m2 chacun, 144 appart’hôtels de 64 m2, ainsi que 724 emplacements de camping. Au total, la station accueillera plus de 10 piscines dont une réservée aux femmes.

Par ailleurs, Difaf Mehdia comportera 168 appartements destinés à être exploités dans le cadre du dispositif des résidences immobilières de promotion touristique (RIPT). SGTM Immobilier prévoit également la réalisation d’une composante immobilière. 228 appartements d’environ 80 m2, assortis d’une terrasse de 20 m2 seront ainsi proposés aux clients à la recherche d’une résidence principale ou secondaire.

TARIFICATION

Au niveau de la tarification, les prix sont déjà fixés. Les bungalows (552 lits) seront proposés à 500 DH maximum en haute saison. Quant aux appart’hôtels (572 lits), le prix a été arrêté à 400 DH maximum. Pour leur part, les emplacements de camping (2896 lits) coûteront au plus 150 DH par jour. Les tarifs sont plafonnés dans le cadre d’une convention avec l’Etat, mais pourraient être revus à la baisse pendant la basse saison, par exemple. A noter que la restauration ou encore l’aquaparc ne sont pas intégrés dans le prix.

SGTM Immobilier ne veut pas perdre de temps. La station balnéaire commencera à accueillir les clients au fur et à mesure de l’achèvement de ses différentes composantes. L’aquaparc et la zone camping seront les premiers à entrer en service.

ANIMATION

L’expérience du plan Azur a montré que l’animation constitue le talon d’Achille des stations touristiques construites jusqu’à présent. L’été, elles connaissent une affluence record, le reste de l’année, elles sont désertées. SGTM Immobilier ne veut pas tomber dans la même erreur. L’opérateur touristique compte faire vivre la station toute l’année et non pas seulement pendant les vacances scolaires. Une société de gestion dédiée a déjà été créée. De plus, le programme d’animation sera décliné à travers toutes les composantes de Difaf Mehdia. Des contacts ont déjà été noués avec des professionnels spécialisés dans chacune des composantes de la station : centre de sports nautiques, camping, appart’hôtels.

De plus, l’activité de la station devrait être généralisée à toutes les vacances scolaires, professionnelles, weekends, fêtes religieuses et nationales. La commercialisation des différents produits de la station pourrait être attribuée à Atlas Voyages, le plus grand voyagiste du pays. «Le problème de la saisonnalité sera atténué par la proximité de la station, la plage de Mehdia étant à vol d’oiseau à 110 km de Fès, et à 30 km de Rabat», signale Kabbaj. Le plan marketing définitif reste à élaborer en concertation avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Le budget a déjà été fixé à 10 millions de DH.

READ MORE

HÔTELS À PORT LIXUS

Hilton & Oasis Hôtels, les deux derniers hôtels, sur les quatre prévus dans le cadre de la phase 1

READ MORE

مشروع القطار فائق السرعة

مشروع القطار فائق السرعة طنجة-الدار البيضاء يحقق تقدما إجماليا نسبته 50 في المائة

READ MORE

LE PROJET TGV EN EST À 50% …

L’état d’avancement du dossier TGV, depuis son lancement en 2006, atteint aujourd’hui 50%, toutes composantes confondues.


Le chantier du TGV avance bien. En effet, le budget global du projet a déjà été engagé à plus de 95% et l’état d’avancement du chantier dans sa globalité a atteint 50%, toutes composantes confondues : études, foncier, génie civil, équipements ferroviaires, rames de trains LGV, atelier de maintenance, offre commerciale, exploration, installations terminales… C’est ce qu’ont indiqué les responsables du projet, lors d’une visite de chantier au profit des journalistes de la presse nationale, la première du genre d’ailleurs, organisée avant-hier, aux sites situés sur la région sud (près de Kénitra) du projet de LGV Tanger-Casablanca. Cet état d’avancement, nous a expliqué le directeur général de l’Office national des chemins de fer (ONCF), Mohamed Rabie Khlie, porte sur la planification globale du projet, qui a été lancé en 2006. C’est entre 2007 et 2009, a-t-on rappelé, que l’avant-projet du chantier a été lancé pour ensuite passer à des versions plus détaillées de cet avant-projet entre 2009 et 2010.

On en est à la 3e phase du projet
Cette phase du projet a nécessité une multitude d’études qui, à elles seules, ont coûté plus de deux milliards de DH, ont relevé les responsables de l’ONCF. «Il faut noter que, comme tous les autres chantiers, celui de LGV est composé de trois phases essentielles relatives à la conception, à la logistique et à la production. Quand les deux premières phases sont bien faites, en leur réservant le temps et l’effort qu’il faut, la phase de la production, en l’occurrence celle des travaux, va plutôt vite», nous a expliqué Khalid Khairan, directeur du projet de Ligne à grande vitesse (LGV).
Actuellement, on en est à la troisième phase du projet. En effet, après les phases d’études, de mobilisation de financement et des appels d’offres, vient la phase décisive de la concrétisation de ce grand chantier structurant. «Le projet de Ligne à grande vitesse (LGV) est désormais sur les rails d’une nouvelle étape de sa vie : celle des travaux de concrétisation conformément au planning prévu», a-t-on signalé, lors de cette 1re visite qui s’inscrit, fait-on savoir, dans le cadre du plan de communication spécifique au projet LGV et qui initie une série de visites futures qui devront permettre aux médias nationaux d’accompagner de près l’évolution du projet dans ses différentes étapes jusqu’à sa mise en service.

La phase des travaux est réalisée à hauteur de 10%, nous a précisé M. Khlie. Par ailleurs, le même responsable souligne que pour les marchés de génie civil, qui ont été tous placés, on a intégré pour la 1re fois dans les appels d’offres lancés la clause de la préférence nationale. Ceci a permis, signale-t-on, d’attribuer 50% du budget des travaux de génie civil à des entreprises nationales. En intégrant la sous-traitance locale pour les différentes composantes du projet, ce taux atteindra même à terme près de 65%. C’est donc un projet qui créera de la valeur ajoutée au Maroc. «Ce projet intégré, de par ses multiples composantes, permettra, à travers la participation de plusieurs bureaux d’études marocains dans la maitrise d’œuvre du projet (études, suivi des travaux…), d’acquérir la technique industrielle de la Grande Vitesse et un transfert local de compétences pour le déploiement de la suite du Schéma  directeur national LGV de 1 500 km», conclut-on, en avançant d’autres chiffres sur l’apport du projet. En effet, fait-on savoir, pendant la phase des travaux, ce sont près de 30 millions de journées d’emploi direct et indirect qui seront générées. Pendant la phase d’exploitation, près de 1 500 emplois directs et 800 indirects seront également créés.

VISITE DE PRESSE SUR PLUSIEURS CHANTIERS

La première visite de chantier au profit de la presse a porté sur plusieurs chantiers. Il s’agit des chantiers de construction du viaduc de Sebou; de travaux relatifs aux terrassements, mise en œuvre de matériaux, ouvrages d’art courants et de rétablissement de voies de communication sur le site de Sebou ; de travaux relatifs au traitement des zones compressibles; de réalisation de la base travaux de Kénitra, raccordée au réseau en exploitation et à la LGV en construction ; enfin de l’usine de traverses en béton précontraint.

READ MORE
Après plusieurs reports et suite à une réunion marathonienne tenue le  jeudi 6 décembre à la direction des Ports, la Commission d’adjudication a révélé le nom de l’adjudicataire  du marché

LE DRH DE LA SEMAINE

Le DRH de la semaine : Asmâa Tazi de SGTM

La Société générale des travaux du Maroc est un groupe 100% marocain qui réalise tout type d’ouvrage de génie civil : ouvrage d’art, ouvrage hydraulique, infrastructure routière, port, aéroport.

READ MORE